Avion Marcel BLOCH MB. 152C.1 Agrandir l'image

Avion Marcel BLOCH MB. 152C.1

Non disponible

DW48019

DORA WINGS

DORA WINGS

1:48e
62 en plastique 12 en résine et 34 en photodécoupe
166
252
2nde Guerre mondiale (1939-1945)
France

Ce produit n'est plus en stock

32,88 € TTC

Livrée sans moteur à Courbevoie par la SNCASO, la cellule no 433 fut achevée comme MB.152-01 après avoir reçu un moteur Gnome et Rhône 14N-21 de 1 030 ch au titre du marché no 308/8. Cet appareil, qui devait recevoir en série soit 4 mitrailleuses de 7,5 mm (500 coups par arme), soit 2 mitrailleuses et 2 canons HS-404 de 20 mm (60 obus par arme), et atteindre 520 km/h à 5 000 m, effectua son premier vol à Villacoublay le 15 décembre 1938, piloté par R. Blanc. Après un passage à Courbevoie, le prototype reprit ses essais en janvier 1939 avec un Gnome et Rhône 14N-25 de 1 080 ch. Comme pour le MB.151, ce prototype rencontra des problèmes de surchauffe, limitant la vitesse maximale aux alentours de 470 km/h9, et courant 1939, diverses combinaisons d’hélices et de capots moteurs furent testées, ces derniers ayant une prise d’air variant de 750 à 1 000 mm. Pour éviter de nouveaux retards de livraison, ce dernier diamètre fut finalement retenu au prix d’une nouvelle réduction des performances en raison de la trainée engendrée, et une prise d’air additionnelle fut ajoutée pour refroidir la partie arrière du moteur. Cette dernière donna finalement satisfaction et fut montée rétroactivement sur les appareils en service comme sur les appareils équipés du moteur 14N-35, monté sur les Bloch 152 dès qu’il devint disponible. Le prototype fut finalement mis au standard de série, rebaptisé MB.152 no 433 et livré le 15 mai 1940 à l’Armée de l’air. Le marché no 385/8 fut finalement confirmé pour 144 MB.152 à moteur 14N-25 délivrant 1 080 ch au décollage et 1 000 ch à 3 000 m, et 144 MB.152 à moteur 14N-499. Numérotés dans la même séquence que les MB.151, ces appareils devaient initialement être produits comme les MB.151 par l’usine SNCASO de Châteauroux-Déols, mais les retards accumulés dans la production puis le déclassement de 157 cellules affectées d’un défaut d’empennage ont mené à ouvrir une seconde chaine de production à Bordeaux-Mérignac, tandis qu’une nouvelle tranche de 100 monoplaces était commandée à Châteauroux. Généralement armés de 2 canons et 2 mitrailleuses, les MB.152 reçurent un moteur 14N-49 à partir du no 300. En septembre 1939, la SNCASO reçut une nouvelle commande portant sur 500 MB.152, annulée et remplacée par une lettre d’intention portant sur 690 appareils que confirma le marché no 2405/9. Le 10 janvier 1940, le CRAS avait accepté 274 Bloch 152, dont 170 équipés de moteurs 14N-25 et toujours sans hélice ou avec une hélice provisoire. Il fut alors décidé de ne pas achever 60 cellules dont l’assemblage n’avait pas dépassé les 50 % (no 436 à 496) et de ne plus accepter que les avions disposant d’un moteur 14N-49 entrainant une hélice Chauvière, du capot moteur définitif dont le diamètre d’ouverture était limité à 850 mm et d’un collecteur d’échappement inspiré de celui du Curtiss H-75, reconnaissable à ses deux pipes d’échappement débouchant à la base du fuselage12. 82 appareils répondant à cette définition avaient déjà été livrés depuis octobre 1939 (à partir du no 301), mais à partir de la cellule no 501 une nouvelle modification de l’empennage fut rendue obligatoire, la configuration définitive du chasseur étant enfin figée. Une seule modification sera encore apportée sur la chaine, l’introduction d’un tab de dérive ajustable en vol à partir du no 64113. Le dernier MB.152 sorti d’usine avant l’armistice portait le no 69913, mais on sait que par manque d’équipements toutes les cellules ne furent pas achevées. Certains documents ayant disparu, il est difficile de connaître le nombre exact d’appareils produits, mais la plupart des auteurs s’accordent pour dire que 614 appareils, MB.151 et MB.152 confondus, ont été livrés à l’Armée de l’air. Depuis 2013, le Projet MB.152 regroupe des passionnés d’aéronautique et des étudiants ayant décidé de concevoir, bénévolement, la maquette numérique 3D complète du Bloch MB.15214. Cette plateforme de réinvention collaborative et innovante15 prévoit de disposer d’une maquette complète de la structure du Bloch MB.152 pour la fin 2017.